Février 2018 - Caroline

Mis à jour : 11 déc. 2018

Et voici notre second portrait du mois avec la belle Caroline.



Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Caroline, j’ai une trentaine d’année. Je suis toulousaine de cœur et j’habite depuis, quelques années, dans le quartier de Soupetard. J’aime toutes les disciplines en lien avec le mouvement.


Pourquoi avoir choisi la danse Tahitienne et depuis combien de temps dansez-vous ?

J’ai choisi la danse tahitienne ou peut-être que c’est elle qui m’a choisi. C’est une belle rencontre.

J’ai rencontré Heitiare devant la salle de danse, par hasard, car je venais au centre culturel Soupetard pour un autre atelier.

Elle m’a invitée à participer et j’ai eu un coup de coeur pour la douceur et la grâce qui émanaient des mouvements et de la musique.

Cela fait 4 mois que je pratique cette danse tous les mercredis soirs, avec hâte et joie.

Avez-vous une autre passion ?

J’aime les danses et la cuisine, ce qui est assez complémentaire !


Que retrouvez-vous de particulier dans cette danse traditionnelle ?

Avant d’assister au cours je connaissais peu cette danse, j’avais des images sorties des brochures touristiques et des séries télé. Regarder Heitiare danser est une invitation au voyage, un dépaysement total.

Cette danse fait rayonner chaque personne qui la pratique. Elle est, pour moi, l’expression de la féminité, elle me relie à moi-même et aux éléments.

Le fait que chaque geste ait un sens rajoute une dimension supplémentaire à cette danse. A travers elle, c’est toute une culture qui s’exprime et que je découvre.

Je suis sous le charme, je suis en pleine lecture de contes traditionnels polynésiens.

Comment avez-vous trouvé l’école de danse à L’Union et comment s’est faite votre inscription à Ori Heitiare Tahiti ?

J’ai, courant octobre, ressenti le besoin de prendre du temps pour moi et de pratiquer un atelier, j’ai alors pris contact avec le centre culturel de Soupetard. Sa proximité avec mon domicile a facilité mon adhésion. Suite au premier cours d’essai, raconté précédemment, j’ai, la semaine suivante, appelé Heitiare et je me suis inscrite le mercredi suivant.

Est-ce que vous en parlez auprès de votre entourage (famille, amis…etc) ?

Quand on me demande quel sport je pratique, c’est avec un grand sourire que je réponds la danse tahitienne, ce qui est assez singulier.

La plupart des gens sont surpris car cette pratique reste méconnue, l’école de danse agit aussi pour la faire connaître et c’est très positif.


Comment trouvez-vous l’ambiance au sein de l’école de danse ou l’esprit avec les autres filles ?

J’apprécie beaucoup le dynamisme de l’école de danse et ses divers projets en sont le reflet.

Heitiare impulse une belle cohésion de groupe. La progression dans son travail de répétition, en mimétisme, me permet de m’approprier chaque mouvement et d’aller plus loin à chaque cours.

Même si cette danse est très physique et qu’elle nous demande de nombreux efforts, l’ambiance du groupe, nous permet de garder le sourire.

Je suis ravie de retrouver tout le monde chaque mercredi. Nous sommes un groupe intergénérationnel, les plus jeunes ont 6 ans et ça s’est vraiment top ! Nous avons beaucoup de chance car des musiciens jouent en live rien que pour nous. Ce qui rajoute une interaction très motivante.

Avez –vous déjà participé à des spectacles de danses tahitiennes ?

J’ai participé au spectacle pour le Téléthon, le fait d’avoir eu cet objectif pendant plusieurs semaines était très motivant pour fédérer le groupe  et s’investir dans un défi. Ce fut un grand moment solidaire.

Avez-vous un message à partager ?

J’invite chacune à venir faire l’expérience de cette danse. Un grand merci à Heitiare pour m’avoir donné la parole...




  • envelope
  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc

© 2017 by Ori Heitiare Tahiti & MyBeeCommunication

Toulouse - L'Union

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now